Comment gérer efficacement sa bankroll au poker ? La BRM ‘BankRoll Managment’ des Cash Game, SNG et Tournois

Bien gérer son compte poker est la clé du succès au poker sur le long terme. Les anglophones utilisent le terme de BRM ‘BankRoll Managment’ pour désigner cette technique de gestion rigoureuse qui vous évitera les coups durs et une éventuelle banqueroute. Rassurez-vous, cela se résume à ajuster la limite à laquelle vous devrez jouer en fonction du montant de votre bankroll et du type de jeu que vous pratiquez (Tournois ou Cash Game) ainsi que de sa variante (Limit, Pot Limit ou No Limit).

Pour faire simple, si vous n’aviez qu’un chiffre à retenir en NLHE Cash Game, c’est celui de 20 : le montant de votre bankroll ne doit pas dépasser 20 fois la cave de la table à laquelle vous êtes assis.

Une autre façon de présenter les choses est de dire que vous ne devez pas vous engager dans une partie de poker ou vous risquez de perdre plus de 5% de votre capital. Voyons le détail en fonction du type de jeu et de la limite considérée.

Gestion de Bankroll en Cash games (Pot limit et No limit Hold’em)

Prenons l’exemple d’une table de Cash Game en No Limit Hold’em: NL20. La petite blinde est au centième de la limite, soit 0.10€, la grosse blinde étant le double : 0.20€. En NL 20, la cave étant plafonnée à 20€, vous ne pouvez pas perdre plus de 20€. En multipliant par 20 cette cave de 20 euros, vous obtenez le montant minimum idéal de votre bankroll, soit 400€.
En d’autres termes, si vous disposez d’un capital de 400€ pour jouer au poker en Cash Game, ne vous inscrivez pas à une table supérieure à la limite NL20.

Ces 5% représentent évidement une moyenne et sont à adapter en fonction de votre profil psychologique et votre rapport à l’argent. Le but est de vous désensibiliser complétement du montant de votre bankroll, de façon à ce que ce montant n’ait aucune influence sur votre jeu.

Si vous savez rester ‘neutre’ par rapport au montant de votre capital, on dira que votre façon de jouer est insensible à la Variance.

Cette sensibilité (la peur de perdre la totalité de son capital !) varie également en fonction du montant mis en jeu. Ce n’est pas la même chose que de risquer de perdre une bankroll de 100€ ou de 1000€ ! De plus, plus on monte dans l’échelle des limites, plus on est confronté à des joueurs expérimentés et plus on aura du mal à se faire payer.

En pratique, on augmentera le coefficient avec la limite à laquelle on joue. On considère que le facteur 20 convient bien jusqu’à la NL25 (capital idéal 500€) et devrait atteindre 40 pour la NL200 (capital idéal de 8 000€).

Note : en Pot Limit Hold’em, le raisonnement est le même qu’en NLHE.

Gestion de Bankroll en Cash games (Limit Hold’em)

Si vous préférez jouer en Limit Hold’em, vous êtes ‘protégés’ par la variante en question et vous n’avez pas besoin d’avoir une aussi grande bankroll devant vous.

Les experts considèrent que vous devez disposer au minimum de 300 grosses blindes dans votre bankroll.

Par exemple, si vous être inscrit à une partie 1€/2€ en Limit Hold’em, vous devrez disposer d’une bankroll au moins égale à 600€ (à comparer à une bankroll de 8 000€ dans la variante NLHE précédente : avouez que ce n’est pas la même chose !)

Gestion de la bankroll en SNG et autres tournois

La règle généralement recommandée est de disposer d’un capital au moins égal à 40 buy-ins du tournoi en question.

Par exemple, si vous vous inscrivez à un SNG 20€+2€, votre bankroll devrait être au minimum de 880€.

Si vous voulez approfondir le sujet de la Bankroll Management en tournois et si vous êtes OK en anglais, vous pouvez écouter l’interview de Warwick Dunnett qui donne quelques conseils sur la BRM sur le site de l’Examiner.com.

En synthèse, la BRM se résume à 3 chiffres à retenir :
1- Pour les Cash Game :
20 caves en Pot Limit et No Limit Hold’em
300 grosses blindes en Limit Hold’em
2- Pour les SNG et autres tournois :
40 buy-ins